Qui suis-je?

DSCN0182aNé en 1952, je suis professeur de langues à une Libre École Waldorf dans le nord d’Allemagne. J’y enseigne le français depuis plus de 20 ans, dans les classes 5 à 13. Comme presque tous les professeurs j’ai subi une formation tout à fait classique: lycée, université, stages pratiques à l’école m’ont préparé en ligne droite à marcher sur les traces de mes propres professeurs, même si, entretemps, l’approche communicative dans l’enseignement des langues étrangères avait remplacé celle du behaviorisme. En fin de compte, ce n’était pas mal du tout de faire, pendant quelques années, quelque chose d’autre que de commencer à un lycée. C’est comme ça que j’ai pu découvrir la pédagogie Waldorf, qui a réussi à attiser de nouveau la flamme de mon ancien enthousisasme, presque éteinte à cette époque-là. Car grâce à Rudolf Steiner, on y considérait la langue comme une entité liée étroitement à la nature spirituelle de l’homme. Mais ça n’a pas été facile de suivre les faibles indices de la part de Steiner et de ne m’approcher, à l’aide de multiples stages de perfectionnement, qu’à pas lents d’un idéal lointain. Mais, personnellement, j’en ai énormément profité tout en découvrant en moi des capacités cachées et en poursuivant le chemin vers un personnage plus authentique. Je crois bien que mes collègues et moi, nous avons permis à nos élèves de vivre beaucoup d’expériences, que nous avons souvent nourri leurs âmes; mais est-ce que nous avons mieux enseigné la langue? Est-ce que nos élèves savaient mieux parler que d’autres? Plutôt non. En dépit de tous nos efforts nous portons souvent le poids mort du passé dans nos têtes. Alors il faudra bien que nous aussi, nous menions une réflexion approfondie, que nous changions d’idées là où ce sera indispensable. Pour partager et préciser un tout petit peu ce procès, je vais écrire ce blog.